18 Anecdotes Sur Deux Flics À Miami (1984)

Deux flics à Miami, c’est deux flics que tout oppose, Crockett et Tubbs, qui poursuivent, sous couvertures, les plus gros criminels de la ville. Pendant 5 saisons c’est un mix entre défilé de mode masculin, gros flingues, grosses bagnoles, grosses scènes d’action, et grosse playlist. Malgré ses tons pastels omniprésents, la série était très travaillée et coutait une véritable fortune à produire. Elle a aussi eu une vraie influence sur la mode masculine et la culture des années 80.

18 Anecdotes Sur Deux Flics À Miami (1984)

Deux flics à Miami, c’est deux flics que tout oppose, Crockett et Tubbs, qui poursuivent, sous couvertures, les plus gros criminels de la ville. Pendant 5 saisons c’est un mix entre défilé de mode masculin, gros flingues, grosses bagnoles, grosses scènes d’action, et grosse playlist. Malgré ses tons pastels omniprésents, la série était très travaillée et coutait une véritable fortune à produire. Elle a aussi eu une vraie influence sur la mode masculine et la culture des années 80.

Les Anecdotes De Tournage

  • Don Johnson (Sonny Crockett) a voulu quitter la série à la fin de la saison 2 (et Mark Harmon, le Gibbs de NCIS a été envisagé pour le remplacer) mais il a été convaincu de rester, et est devenu l’acteur de séries le mieux payé de l’histoire à cette époque. Du coup, il a refusé les rôles principaux de Piège de cristal et Les incorruptibles.
  • Pour l’époque c’était une des séries les plus chères à produire, à cause du travail sur l’image, des nombreuses scènes d’action, de la musique, des décors, toussa. En moyenne, ça donnait 1.3 millions par épisode.
  • Une des premières séries à avoir le son stéréo. Pratique pour faire passer de vrais tubes, comme Depeche mode, Eric Clapton, The Doors, U2, etc. Là aussi, c’est une des premières séries à le faire. Universal devait payer 10 000 $ par épisode rien que pour les dorits musicaux.
  • Les couleurs hideuses pastels ont été inspirées à Michael Mann principalement par une visite dans un magasin de peintures.
    Crockett et Tubbs en costumes dans Deux flics à Miami

    Le pire c’est que la couleur pastel n’est même pas le détail le plus laid dans ce costume (via Blin.ba)

  • Edward James Olmos (Castillo) et Don Johnson se sont souvent pris la tête parce qu’ils n’avaient pas la même façon de jouer. Olmos a utilisé sa colère contre Johnson pour leurs scènes ensemble. Dans certains épisodes, Castillo ne regarde même pas Crockett.
  • Dans les 2 premières saisons, la Ferrari Daytona Spyder de Crocket était en fait une Corvette C3 modifiée, parce que Ferrari n’a pas voulu filer ses voitures. Les dirigeants de Ferrari ont pris un peu mal que cette chose devienne populaire et ont poursuivi le concepteur de la fausse Ferrari mais après réflexion la firme italienne a fourni à la production 2 Ferrari Testarossa.
  • La musique du générique est restée 12 semaines numéro 1 des ventes, un record jamais égalé.

Des Couleurs Pastel À Miami

Deux flics à Miami a été entièrement tournée à Miami (contrairement aux Experts : Miami, par exemple) et en 1984, l’année de la première saison de la série, la ville n’était pas du tout la destination touristique qu’elle est aujourd’hui. Des quartiers entiers étaient délabrés, couverts de tags, et Miami a été déclarée « capitale du crime » cette même année 1984.

De son côté, la production de la série voulait des décors extérieurs glamour et en accord avec leur palette de couleurs dominantes. Alors, pouf, ils ont commencé à repeindre et rénover des immeubles pour avoir des plans satisfaisants. Le succès de la série ayant ramené beaucoup de touristes européens, les hôtels, restaurants et attractions sont repartis à la hausse, et tout ça a grandement aidé Miami économiquement.

Michael Mann ne voulait pas de couleurs terre, pas de trucs ternes mais des couleurs hideuses pastels pour les bâtiments, même pour les bâtiments historiques de style Art Déco qu’ils ont pu rénover. Voyant que ça ne leur couterait pas un rond, la Miami Design Preservation League a travaillé avec la production pour revoir les centaines d’immeubles Art Déco de South beach, ce qui a aussi redynamisé la zone. Il y a toujours aujourd’hui un week-end Art Déco annuel, dont une des premières éditions avait été sponsorisée par Michael Mann.

La série a profité à Miami sur le plan économique, artistique et politique, et ce phénomène porte un petit nom, c’est le « Vice effect ».

  • Don Johnson voyait plus son personnage comme un cow-boy, avec des jeans et des t-shirts col en V, mais la production l’a convaincu de porter des costards criards et des couleurs hideuses pastels et il est devenu une des plus grandes icônes de la mode des années 80 (alors qu’il avait l’impression d’être en pyjama). Il portait principalement du Versace et Armani, des marques très peu connues aux États-Unis à cette époque.
  • La production a embauché pas mal de vrais policiers. L’un deux a participé à la capture du meurtrier de Gianni Versace (avec qui Don Johnson était devenu ami).
  • Les membres du casting et les consultants techniques ont dû subir un entrainement au maniement des armes à feu et passer un test auprès de la police avant de pouvoir approcher une arme sur les tournages.
    Ricardo Tubbs encerclé par des armes et ce qui semble être une béquille dans Deux flics à Miami

    Il y en a un qui n’a pas très bien compris le concept d’arme à feu pendant l’entraînement (via imfdb.org)

  • Don Johnson avait essayé de joindre le corps des Marines pendant la guerre du Vietnam (son personnage y a servi) mais a été rejeté à cause de condamnations pour possession de drogue.
  • Le film Miami vice : deux flics à Miami sorti en 2006 a été écrit et réalisé par les mêmes qui ont fait la série : Anthony Yerkovich et Michael Mann.
  • Jeff Bridges, Nick Nolte et Richard Dean Anderson ont été envisagés dans le rôle de Sonny Crockett. Denzel Washington dans celui de Ricardo Tubbs.
  • Au départ les dirigeants de NBC ne voulaient pas de Don Johnson parce qu’il avait joué dans 4 pilotes de séries qui n’avaient pas marché.
  • Pour garder sa barbe de 3 jours, Don Johnson se rasait avec un sabot pour raser les pattes. Ce style de barbe est devenue une mode. Tout comme les Ray Ban Wayfarer que Crockett portait et qui ont vu leurs ventes exploser.
  • L’alligator de compagnie de Crockett, Elvis était « joué » par 2 alligators différents, Elvis et Presley. Naturellement tout le monde était terrifié au début. Elvis disparait au bout d’un moment sans explication mais il est probable qu’il ait été enlevé suite à des coupes dans le budget.
  • Don Johnson arrivait souvent sur les tournages avec son propre hors-bord baptisé My Vice (le titre original de la série est Miami vice)
Sources
  • Deux flics à Miami sur l’Internet Movie Database (anglais)
  • 20 fashionable facts about Miami vice, Mentalfloss.com