Comment Les Américains Font-ils Leurs Séries?

Tous les ans, les États-Unis nous sortent des dizaines de nouvelles séries, en plus de celles qui sont toujours en production. Il y en a tellement qui sont à disposition, qui sont annulées, ou renouvelées qu’il faut prendre des notes pour suivre (ou avoir une appli aussi, c’est bien).
Pendant ce temps là, en France, il faut attendre des années entre 2 saisons d’une série, la faute à une organisation plus rigide et des moyens plus modestes.
Alors, comment les Américains font-ils pour produire à la chaîne des centaines d’épisodes par an? 

Comment Les Américains Font-ils Leurs Séries?

Tous les ans, les États-Unis nous sortent des dizaines de nouvelles séries, en plus de celles qui sont toujours en production. Il y en a tellement qui sont à disposition, qui sont annulées, ou renouvelées qu’il faut prendre des notes pour suivre (ou avoir une appli aussi, c’est bien).
Pendant ce temps là, en France, il faut attendre des années entre 2 saisons d’une série, la faute à une organisation plus rigide et des moyens plus modestes.
Alors, comment les Américains font-ils pour produire à la chaîne des centaines d’épisodes par an? 

Nécessité Fait Loi

Aux États-Unis, ce sont les networks (les grandes chaînes nationales, NBC, CBS, ABC, The CW et la Fox) et les chaînes du câble (comme HBO ou Showtime) qui décident de ce qu’ils vont proposer aux téléspectateurs, sans vraiment se soucier des attentes du public. Ils choisissent le genre (policier, sitcom, etc.), le format nécessaire en fonction du public visé et aussi des séries qui sont déjà à l’antenne et de l’heure de diffusion. Suivant qu’ils veulent attirer un public masculin, féminin, des jeunes, cible préférée des annonceurs américains, des vieux, le programme ne sera pas le même.
Les chaînes font appel à des boites de production, qui vont fournir les séries selon les besoins (même si certaines idées passeront à la trappe, juste parce que ce n’est pas ce dont la chaîne a besoin à ce moment précis).

Claire Danes dans Angela, 15 ans

Sinon, ils annulent une très bonne série, sans raison, comme Angela, 15 ans avec Claire Danes (via Noticiasdatv)

Le Parcours Du Combattant (Du Pitch)

En octobre, novembre, les chaînes sortent les millions pour se voir proposer des projets de séries. En France, un auteur n’est pas rémunéré pour son travail sur le développement d’une série, en gros il/elle travaille dans le vent, en espérant qu’un jour son travail se transforme en série, mais un point reste le même, c’est la chaîne qui décide de ses besoins.
Par le biais d’agents ou de représentants, les auteurs proposent des pitchs qui, très vite, sont acceptés ou pas. Le pitch validé doit être retravaillé en synopsis, qui doit également être soumis à validation. Si cette nouvelle étape est franchie, le synopsis est encore retravaillé pour devenir le scénario d’un pilote, qui lui aussi doit être accepté (ou sera rejeté). En cas d’accord, le tournage du pilote est lancé. Pilote qui ne donnera pas forcément lieu à une série, ou même diffusé.

Je Pose 1, Je Retiens 2

Sur des milliers de pitchs présentés, environ 10% seront sélectionnés; sur 100 synopsis environ, seulement une vingtaine deviendra un scénario et un plus petit nombre encore donnera un pilote. Sur ces milliers de pitchs de départ, environ 5 aboutiront vraiment à une série. Pendant tout le processus d’écriture et de réécriture, les auteurs seront rémunérés par les networks, les prix variant selon la notoriété de l’auteur. Le scénario d’un pilote peut rapporter jusqu’à 100 000$ à un scénariste reconnu et dans les 40 000$ (quand même) à un auteur « inconnu ».

Ma Petite Entreprise

Tourner le pilote d’une série, c’est toute une petite industrie qui se met en marche. Il faut réunir toute une équipe en partant de rien. Il faut d’abord un réalisateur qui va définir la « charte graphique » de la série, en gros son visuel, sa mise en scène, ses codes, que tous les réalisateurs par la suite devront suivre. Aux États-Unis, plusieurs réalisateurs travaillent au même moment sur des épisodes différents (à différents stages), ce qui permet de sortir autant d’épisodes dans une année.
Il faut choisir la distribution, mais aussi les équipes de tournage (caméras, son, éclairages), créer les départements qui s’occuperont de créer les décors, les costumes, les équipes qui fournissent à manger à n’importe quelle heure de la journée et bien sûr des scénaristes (le créateur d’une série travaille généralement avec une équipe de scénaristes, dans des ateliers d’écriture, ce qui aide aussi à sortir des épisodes rapidement). En France, une série est généralement écrite par une seule personne, qui écrit tout d’un coup, d’où les délais très longs (même si plusieurs productions ont été ou sont écrites par plusieurs scénaristes, comme Fais Pas Ci, Fais Pas Ca, Plus Belle La Vie).
Il faut aussi trouver les lieux de tournage, faire passer les auditions. Le pilote doit lancer la trame générale et présenter des personnages intéressants dont on sent le potentiel pour de futurs épisodes.

Dernier Couperet

En avril, le pilote tourné est montré à la chaîne, qui à présent connait ses besoins très précisément, et sait quelles séries annulées (ou terminées) doivent être remplacées et quels sont les trous dans la grille de programme. Certains pilotes seront lourdés tout simplement parce qu’ils ne sont pas au bon format (1H, 20 min) même si c’étaient des merveilles. D’autres seront conservés mais pas forcément diffusés tout de suite. C’était le cas pour Grey’s Anatomy qui dormait dans un placard et a été choisi pour remplacer une autre série qui n’avait pas atteint les scores d’audience escomptés (aux États-Unis, ça ne rigole pas, une série peut être annulée extrêmement rapidement et sans justification de la chaîne si les audiences ne lui conviennent pas).
Certains pilotes sont retravaillés, la chaîne n’étant pas convaincue. Des changements dans le casting peuvent arriver aussi, comme dans Charmed (1998) ou dans Buffy, , il faut donc retourner des scènes entières. Certains personnages sont aussi parfois sauvés de la mort dans le pilote après la diffusion dudit pilote devant un public test (Carol Hattaway dans Urgences, Sipowitz dans NYPD Blue).

Le pilote non diffusé de Buffy avec Willow jouée par une actrice différente

La feu première Willow (via NostalgiaVision.com)

 

Upfronts Party

Les Upfronts, qui se déroulent en mai, sont des cérémonies en grandes pompes, à coups de stars, et de petits fours à la pelle, organisées par chaque network pour annoncer sa grille de programmes de rentrée (séries annulées, confirmées, mais aussi nouvelles séries). Ces cérémonies sont destinées aux annonceurs, qui vont investir leur argent publicité sur telle ou telle chaîne.

Une Série Est Née

En juin, c’est le lancement de la production de la série proprement dite. Là, ça déconne plus, il faut tout installer de façon durable (même si un certain nombre de séries ne dépasse pas la première saison). Il faut des bureaux pour la production, des studios de tournage, des décors, des costumes, etc. Les scénaristes s’installent (souvent chapotés par le créateur/la créatrice de la série, qui est également souvent showrunner) et passent plusieurs semaines à travailler les trames principales, les personnages, les intrigues.

Une scène de Outlander avec utilisation extensive de fonds verts

Il faut aussi faire le plein de fonds verts, utilisés par la plupart des séries. Ici, dans Outlander (via Pinterest)

En juillet/août les tournages des épisodes commencent. Les équipes sont là (maquillage, éclairage, son, image, costumes, décors, catering), les acteurs et actrices également.
Plusieurs épisodes sont réalisés en même temps, mais n’en sont pas au même stade au même moment. Un réalisateur va être à la phase de préparation (ou Prep), un autre sera sur le tournage d’un autre épisode, et encore un autre en sera à l’étape de la post-production, qui inclut un premier montage qui doit être validé par le producteur exécutif (qui a un peu le dernier mot sur tout et qui s’assure de la cohérence scénaristique). Pendant la post-prod on ajoute d’éventuels effets spéciaux, on fait le titrage (générique, noms du casting, des producteurs, des équipes, tous ces noms doivent obligatoirement apparaître). Un compositeur se charge également de rajouter la musique incidentale (la musique de fond des épisodes) et/ou il faut acquérir les droits d’une musique spécifique.
En France, c’est généralement une seule personne qui réalise tous les épisodes à la suite, ce qui rajoute au temps d’attente entre deux saisons. Mais par exemple dans Plus Belle La Vie, deux réalisateurs travaillent en même temps, un pour les scènes en studio et un pour les scènes en extérieur.

Prep Time

La Prep d’un épisode, pour un réalisateur, consiste à d’abord se réunir avec tous les responsables des différents départements (décors, costumes, effets spéciaux, etc.) pour revoir le script de l’épisode dans le détail et déterminer quels sont les besoins pour chaque département (quelle tenue dans telle scène, quels accessoires dans une autre). Le réalisateur fait aussi un repérage des lieux de tournage, et, en lien avec la production, va choisir des guest-stars éventuelles. Un planning de tournage très précis est établi, chacun sait ce qu’il a à faire à chaque instant. Les scènes en extérieur sont toutes prévues le même jour, pour éviter les déplacements coûteux et ça tourne du lever au coucher du soleil pour ne pas perdre une minute de tournage. Une Table Read est aussi organisée entre le réalisateur, les scénaristes et le casting, où les répliques sont lues par les acteurs/actrices pour s’assurer que ça fonctionne bien, mais des changements peuvent encore être effectués. Le Tone Meeting sert à bien régler le ton des répliques.

Big Brother Is Watching You

Toutes ces étapes se font en collaboration avec la production, bien sûr, mais aussi avec la chaîne, qui a un droit de regard important sur ce qui est réalisé. Même les rôles principaux, généralement, sont castés avec un représentant de la chaîne présent. Et certaines scènes ou répliques peuvent être censurées par la chaîne si ça ne correspond pas à ses attentes.

The Show Is On

Les premiers épisodes sont diffusés à partir de septembre, après des campagnes de pub qui ressemblent à une sortie de film en France (il y a même des bandes annonces de séries en salles), avec le hiatus de décembre/janvier (pause pour tout le monde pendant les fêtes de fin d’année, la période où il y a moins de monde devant la télé, donc les annonceurs paient moins) et la diffusion se poursuit jusqu’à mai (l’écriture et les tournages se sont arrêtés en avril).
En novembre, février et mai, ont lieu les SWEEPS, relevés d’audience les plus précis de l’institut Nielsen, qui serviront de base de négociations pour les tarifs des spots de pub. Quand vous regardez un épisode de série, avec 3 guest-stars prestigieuses, 22 explosions et 118 rebondissements en 45 min, il y a de grandes chances que cet épisode ait été diffusé lors des SWEEPS, tant la débauche est de plus en plus grande pour captiver l’audience, ce qui fera monter les indices, ce qui fera plus d’argent payé par les annonceurs. Ces épisodes sont prévus dès le début de l’année par la production, et les scénaristes ont tout le temps de préparer l’intrigue pour ces épisodes « exceptionnels ».

Le Cas Sitcom

Pour les sitcoms qui sont tournées devant un public, en studio, le début de semaine est consacré à la Prep et Table Read, ensuite aux répétitions (sans oublier les répétitions avec les mouvements des différentes caméras), les répétitions en costume, et le vendredi, c’est tournage de l’épisode, devant le public (le tournage dure très, très longtemps, mais le public est diverti et motivé par des chauffeurs de salle professionnels, voire des comédiens de stand-up pour garder la forme) et dans la continuité.

Sources